Etre obèse à l’adolescence pourrait avoir des conséquences graves à l’âge adulte: les jeunes obèses pourraient avoir deux fois plus de risques de développer un cancer de l’intestin aux alentours de la cinquantaine, selon une étude publiée lundi dans la revue Gut.

Une étude suédoise révèle que les personnes obèses à l'adolescence ont 2,4 fois plus de risques de souffrir d'un cancer de l'intestin vers la cinquantaine.

240 000 Suédois suivis de l’adolescence jusqu’à l’âge adulteDes chercheurs sont parvenus à ce résultat en étudiant environ 240 000 Suédois appelés entre 1969 et 1976 pour faire leur service militaire alors qu’ils avaient entre 16 et 20 ans.Au moment de l’incorporation, seulement 5 % d’entre étaient en

surpoids dont 1 % étaient obèses. Une personne est considérée en surpoids lorsque son indice de masse corporelle (

IMC qui correspond au rapport entre poids et taille au carré) dépasse 25 kg/m2 et il est classé parmi les obèses quand l’IMC dépasse 30 kg/m2. Au cours des 35 années suivantes, 885 Suédois ont développé un

cancer colorectal, 501 un cancer du colon et 384 un cancer du rectum.Parmi eux, ceux qui étaient obèses au moment de leur adolescence, étaient 2,4 fois plus nombreux que les non-obèses à avoir souffert d’un cancer de l’intestin.Un lien entre inflammation et cancer colorectalL’étude a également montré un risque accru chez les jeunes recrues qui avaient une

vitesse de sédimentation plus élevée. La vitesse de sédimentation est un examen sanguin qui permet de rechercher ou de surveiller un état inflammatoire.Les chercheurs relèvent toutefois que même s’ils ont établi un lien statistique entre le cancer de l’intestin, l’obésité et l’inflammation, d’autres études seront encore nécessaires pour comprendre les mécanismes en cause.Ils estiment également que l’obésité pourrait favoriser le cancer colorectal indépendamment du facteur inflammation. Des études précédentes avaient déjà établi un lien entre ce cancer et l’obésité chez l’adulte.

Les

maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) sont généralement associées à un risque accru de cancer colorectal.AFP/RelaxnewsSource : Adolescent body mass index and erythrocyte sedimentation rate in relation to colorectal cancer risk, Elizabeth Kantor and al, mai 2015, Gut (

abstract disponible en ligne)Click Here: Cheap FIJI Rugby Jersey