Les extraits du livre Un président ne devrait pas dire ça… (Stock) divulgués dans la presse ce matin n’ont pas échappé à Valérie Trierweiler. Surtout lorsque François Hollande revient sur l’histoire des « sans dents » et s’en explique. Son ex-compagne lui a répondu en postant sur Twitter deux SMS accablants pour le président de la République. La guerre est (à nouveau) déclarée.

Dans Merci pour ce moment, Valérie Trierweiler avait révélé une anecdote particulièrement dévastatrice pour François Hollande, dont elle cherchait à se venger. «Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches, écrivait-elle. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche dit en privé : les sans dents, très fier de son trait d’humour».

Le président de la République a mal encaissé l’attaque et s’en est expliqué avec les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme au cours des conversations qu’il a eues avec eux et qui rythment leur livre Un président ne devrait pas dire ça… (Stock). Au sujet de l’expression, les sans dents, le chef de l’Etat reconnaît: « C’est vrai. Je lui ai dit : « Je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents »». Sûr de lui, François Hollande ajoute : «Bien sûr que je lui ai dit ça. Mais ce n’est pas une plaisanterie, c’est une vérité. Je connais ces gens-là, je les ai soutenus, accompagnés. C’est ignoble de… ».

A la lecture de ces passages dans la presse ce matin, Valérie Trierweiler a immédiatement réagi et ressorti deux SMS que lui auraient envoyés François Hollande le 31 mai 2005. «Je suis avec ma copine Bernadette dans une grande manifestation dans son canton, écrivait-il. Je lui ai fait un numéro de charme. Mais tu ne dois pas t’inquiéter. Dans son discours, elle a fait un lapsus formidable. Rire général, même chez les sans-dents.»

Click Here: kenzo men’s new collection

En décembre dernier, Valérie Trierweiler confiait à Gala: «J’avance. Je suis passée à autre chose». Sauf si François Hollande la relance…

Crédits photos : Jacques Brinon/AP/SIPA