Comme leurs homologues masculins, elles sauvent la veuve et l’orphelin et le public les adore ! Découvrez l’histoire de la création des cinq super-hréoïnes les plus populaires du moment, sur petit comme sur grand écran.

1. Wonder Woman
+

Première apparition comics  : 1941 (“All Star Comics”)
Première apparition ciné : 2017 (Wonder Woman, sous les traits de Gal Gadot)
Première apparition série : 1976 (Wonder Woman, interprétée par Lynda Carter)
Lire la suite

© 2016 Warner Bros. Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC / Clay Enos/ TM & (c) DC Comics

Wonder Woman

Wonder Woman apparaît pour la première fois dans la huitième édition du “All Star Comics” en décembre 1941. Elle a été imaginée par William Moulton Marston sous le pseudonyme Charles Moulton, un mélange de son deuxième prénom et de celui de son éditeur. Au dessin, H. G. Peter donne forme à la super-héroïne.

La création de Wonder Woman avait pour but de moderniser la culture des comic-books en offrant à la jeunesse un personnage féminin fort et lutter ainsi contre les clichés associés aux femmes.  Dans My Wonder Women d’Angela Robinson, Luke Evans incarne le professeur William Marston qui s’est inspiré de sa femme et de son assistante pour composer son personnage.

Plus fort, encore : William Marston travaillait également sur le premier prototype expérimental de détecteur de mensonges ! Un outil qui n’est évidemment pas sans rappeler le fameux lasso qu’utilise son personnage culte pour combattre le crime…

Black Widow (Veuve noire)

Elle a fait ses premières armes en tant qu’espionne russe adversaire d’Iron Man dans le numéro 52 de la série Tales of Suspense en 1964. Elle affrontera ensuite les Avengers en 1966, après avoir subi un lavage de cerveau de la part du gouvernement russe. La Veuve noire a été imaginée par Stan Lee, mais ce sont Don Rico (au scénario) et Don Heck (au dessin) qui lui prêteront vie.

Dans le Marvel Cinematic Universe, Scarlett Johansson interprète Black Widow dans Iron Man 2 (2010) et fut choisie suite au désistement d’Emily Blunt pour problèmes d’agenda. Depuis, le personnage est apparu dans Avengers 1 et 2, Captain America Le soldat de l’hiver, Civil War et Avengers 3 et 4. Il a aussi été à nouveau question d’un film solo entièrement dédié au personnage. Le projet est ancien mais pourrait se concrétiser lors de la prochaine phase du MCU.

Captain Marvel (Carol Danvers)

Comme Captain America, dont Steve Rogers, Bucky Barnes et Sam Wilson ont endossé l’identité et le symbole, il y a eu plusieurs Captain Marvel : quatre hommes et trois femmes très exactement. Le premier, Mar-Vell, voit le jour en 1967. Il s’agit d’un espion extra-terrestre de la race Kree (vue notamment dans Les Gardiens de la Galaxie) envoyé sur Terre, à qui Stan Lee et Gene Colan donnent le surnom de Captain Marvel pour se réapproprier le nom qui a momentanément été celui du héros de Shazam, future propriété de DC Comics, et sécuriser les appellations relatives à la Maison des Idées.

Après Mar-Vell, qui s’est illustré jusqu’en 1982, il y a notamment eu son fils Genis-Vell (1996-2004), sa fille Phyla-Vell (2002-2004) ou bien encore Carol Danvers. Sans aucun doute la version la plus célèbre alors qu’elle ne possède le costume de Captain Marvel que depuis 2012. Mais ce serait oublier son passé, car cette ancienne pilote de l’U.S. Air Force devenue agent de renseignement a vu le jour en 1968 et a d’abord fait office de responsable de la sécurité de la base de Cap Canaveral, tout en enquêtant sur un certain Docteur Lawson, qui n’était autre que Mar-Vell.

Carol Danvers est dénuée de pouvoirs jusqu’en 1977 et cet accident qui met son ADN en contact avec celui des Kree. En coulisses, c’est l’insistance de l’épouse de Gerry Conway qui pousse ce dernier a faire du personnage une super-héroïne, et c’est ainsi que naît… Miss Marvel. D’abord associée aux Avengers, elle se voit mise de côté au début des années 80, lorsqu’une histoire de viol fait scandale auprès des lecteurs. Frappée d’amnésie suite à un combat perdue contre Malicia, et rebaptisée Binaire, elle intègre le groupe des X-Men, puis navigue d’un titre à l’autre (Jessica Jones, de nouveau les Avengers) avant de redevenir Miss Marvel en 2006.

Mais pour une courte durée, car la Maison des Idées décide de rebooter la série des Captain Marvel en 2012, et c’est à Carol Danvers que revient l’honneur de porter le costume rouge, jaune et bleu, avec une crête devenue iconique et parfois indissociable de ce personnage, membre central des Avengers capable de voler et doté d’une force et une vitesse surhumaines. C’est un look capillaire plus sage que devrait cependant arborer Brie Larson en mars 2019, dans le long métrage réalisé par Anna Boden et Ryan Fleck (Half Nelson), qui marquera les premiers pas de la super-héroïne sur grand écran avant qu’elle ne prête main forte aux Vengeurs en mai de la même année. À moins d’une apparition surprise dans Infinity War…

Supergirl (Kara Zor-El)

L’histoire de Supergirl débute en 1959 : à l’époque, le responsable éditorial des comics Superman, soucieux de satisfaire son public, interroge ses lecteurs. Certains réclament alors une héroïne féminine de la trempe de Superman. Otto Binder, le scénariste de Captain Marvel, est en charge du personnage. C’est ainsi que nait Kara Zor-El, la cousine de Superman.

A l’instar de Kal-El, Kara est la dernière fille de Krypton. Après l’explosion de la planète, Kara est envoyée sur Terre par son père, Zor-El, qui n’est autre que le frère de Jor-El. C’est ainsi qu’elle regagne la planète bleue, où elle y retrouve son super-héros de cousin. Ensemble, la Fille d’acier et l’Homme d’acier œuvrent pour le bien de l’humanité. En 1986, dans le comics Crisis on Infinite Earth, Supergirl meurt en sauvant Superman.

En 1988, le personnage renaît sous les traits de Matrix, un androïde polymorphe, avant de fusionner avec l’adolescente Linda Danvers. Elle endosse ensuite le patronyme de Cir-El : présentée comme la fille de Superman et Lois Lane, Cir-El est en réalité une mutante créée par Brainiac.

En 2004, sous l’impulsion de Jeph Loeb et Michael Turner, DC reboote le personnage de Kara Zor-El dans la série de comics Superman/Batman.

D’abord interprété par Helen Slater dans le film de Supergirl de 1984, la super-héroïne s’illustre ensuite sur le petit écran : d’abord dans Smallville, où elle prend les traits de Laura Vandervoort puis dans sa propre série, diffusée sur la CW. Depuis 2015 Supergirl est incarnée par Melissa Benoist qui travaille sans relâche pour combattre le crime.

Jessica Jones

C’est sous la plume et le crayon des artistes Brian Michael Bendis et Michael Gaydos que Jessica Jones fait ses premiers pas en 2001, entre les pages de la bande dessinée Alias. Placée sous le label MAX, créé par Marvel pour rassembler des productions dédiées à un public plus averti, la nouvelle série raconte les aventures d’une héroïne dotée d’une force surhumaine mais rongée par un passé particulièrement douloureux.

Loin des personnages féminins caricaturaux qui avaient pu peupler la pop culture jusqu’ici, Jessica Jones, détective privée spécialisée dans les affaires les plus sordides de New York, mène une vie dissolue et torturée, qui dénote avec ses péripéties super-héroïques passées.

A l’origine, c’est Jessica Drew, alias Spider-Woman qui devait d’ailleurs se retrouver au centre de la bande dessinée Alias. Mais trop sollicitée par la mini-série Secret Invasion, elle a finalement été remplacée par Jones, créée pour l’occasion.

14 ans après le succès du comics, Jessica se voit offrir une seconde vie sur le petit écran, dans la série Netflix qui lui est spécialement dédiée. Incarnée par Krysten Ritter, elle hérite d’un passé légèrement différent de celui de la bande dessinée (ses pouvoirs lui viennent d’expériences subies alors qu’elle était dans le coma, et pas d’avant), mais reste la détective au langage peu châtié, et portée sur l’alcool que l’on connaît bien.

Alors qu’elle prêtait main-forte aux Avengers entre les pages d’Alias, c’est aux côtés des Defenders, un groupe de justiciers complété par Luke Cage, Daredevil et Iron Fist dans la série éponyme, qu’elle combattra le crime à la télé.

Click Here: essendon bombers guernsey 2019